Vous aimez les bonbons et vous voudriez en savoir plus
Focus sur le marché de la confiserie


QUELQUES DONNÉES CHIFFRÉES POUR DIMENSIONNER LE MARCHÉ DE LA CONFISERIE

Consommation de bonbons par personne (Etude CAOBISCO 2005)

Graphique consommation de bonbon par personne en 2005

C’est donc dans le Nord de l’Europe, tous pays confondus, qu’on mange le plus de confiseries. Il faut dire qu’il fait froid là-bas ! Puis se sont les Etats-Unis où nos amis américains sont friands de produits sucrés.

Les français sont moyens dans la moyenne…coincés entre les consommateurs du Nord et ou anglo-saxon etc ceux du Sud. Plus il y a de soleil, moins il y a de bonbons pourrait être un premier enseignement donné par ce tableau


Voici les mêmes chiffres en 2011 en Europe : on continue d''en manger presque autant.

En 2012 le chiffre d'affaire des confiseries sucrées et de chocolat atteind 3.5 milliards d'€ en croissance de 2.8% en valeur et de 0.7% en volume. Vous gardez l'appétit, mais pour quels types de confiseries ? 
Graphique consommation de bonbon par personne en 2005


La consommation de friandises sucrées reste stable entre 2005 et 2011. Par exemple les français passent de 3.37 kg à 3.5. A 100 grammes près on retrouve le même chiffre. Une exception vraiment notable est celle de la consommation de confiseries pour les néerlandais et dans une moindre mesure pour les belges. En effet nos amis frisons et bataves restreignent drastiquement leur consommation de 7.49 kg par habitant à 2.1 en 6 années. Wouah ! L’étude ne dit pas s’ils compensent cette absence de petits plaisirs sucrés par une augmentation de la consommation d’autres produits plus euphorisants.


Mais quel sorte de bonbons les français consomment-ils ?

Nous possédons peu de chiffres sur le sujet mais le tableau qui suit répartie en 6 grandes familles la consommation de bonbons en France. Outre la répartition de la consommation de confiseries sucrées (que les professionnels de la statistique de la consommation distinguent de la confiserie à base de chocolat), ce tableau indique aussi la dynamique de cette consommation. Les deux gros marchés : chewing gum et bonbons enfants (quelle horrible appelation pour décrire des produits que nous mangerions certainement pas) sont encore en croissance et représentent à eux deux les 2/3 du total. Reste donc encore quelques amateurs pour la "petite confiserie", (par opposition à une grande ? Encore une fois une appelation maladroite), la confiserie dîte adulte, (il s'agit de produits pour palais évolués et formés comme les calissons par exemple), les spécialités régionales et qui ferment la marche : les fruits confits.   
Volume exprimé en euros et dynamique des ventes des grandes familles de bonbons

Et qui donc satisfait donc ces envies de bonbons ?

Il y a encore à peine cinquante ans on trouvait dans toutes les villes de France des confiseurs qui produisaient et vendaient sur place leur bonbon. Par exemple, dans la bonne ville de Rouen, ils étaient une dizaine à produire les fameux bâtons de pomme, avec des pommes produites dans les vergers environnants. Aujourd'hui, cette production subsite grâce à une formidable inititiative du dernier confiseur Rouennais qui a donné sa machine au CAT du pré de la Bataille qui emploient plus de 400 personnes handicapées qui, entre autres activités, produisent ces fameuses confiseries normandes.   


Le tableau ci après indiquent comment se répartissent les producteurs. Ainsi les marchés les plus importants et les plus dynamiques sont occupés par quelques grandes sociétés. Alors que les bonbons plus traditionnels, adultes ou régionaux sont réalisés par un grand nombre d'acteurs plus petits. 

Graphique représentant la répartition des producteurs de confiseries sucrées en France par taille d'entreprise et de volume de sous famille de bonbons

Les mangeurs de bonbons et autres friandises répartis en 7 familles :


1 ère famille : Les gourmands

Il sont plutôt plus jeunes que les autres amateurs ils sont aussi plus impulsifs dans leur acte d'achat. Ils sont curieux de découvrir des goûts et des textures nouvelles. Pour eux le bonbon est un produit vivant qui continue d'évoluer et doit les surprendre. Ces gourmands mangent des bonbons à toutes occasions: devant la télè, au cinéma, à la pause de 10 heures, à celle de 15 heures aussi d'ailleurs. Leur crédo est plaisir, partage et gourmandise. 41% d'entres eux partagent leurs bonbons ! Bravo les gourmands, votre générosité montre que vous êtes de belles personnes !

 


2 ème famille : Les accross

Ne nous en vouler pas Mesdames, le chiffre qui vient est une mesure statistique appréciée par des spécialistes. Chez les "Accros" on trouve en effet une proportion très majoritaire de femmes de toute âge et de toute condition sociale, intellectuelle, ....Ces accros dégustent des bonbons pour le plaisr, pour la détente, et le réconfort.Ce sont des consommateurs réguliers, et curieux. Ce sont des consommateurs festifs qui associent facilement la confiserie avec une fête: Noël, fëte des grand-mères, anniversaire, mariage...etc. Leur crédo c'est le bonbon "complice"? Avec eux partager un petit bonbon c'est partager un petit moment de complicité. D'ailleurs ils sont nombreux parmi cette famille à dire que les bonbons les renvoient à des moments de leur enfance. Et ces accros sont capables d'associer une variété de bonbons à un moment de vie. Tient c'est le moment de reprendre une bergamote, bio si possible car elles sont plus douces et gourmandes à la fois.



3 ème famille : Voici Les raisonnables

Ici encore le sexe féminin est le plus largement représenté. J'entends déjà certaines nous faire remarquer que vue le nom donné à cette famille d'amateur de bonbons il est fatal que les femmes y soient les plus nombreuses. C'est la tranche d'âge 25/35 qui domine, et la plus part de ces dames ont des enfants. Le bonbon est acheté pour elles même ou par partager et ce d'égale façon 47 et 41% respectivement. Enfin on trouve ces personnes plus facilement en région parisienne. Ces consommateurs raisonnables limitent leur consommation à certains moments de la journée et à certaines occasions. La dégustation a lieu à la maison dans 64% des cas. Leur crédo : c'est la fête: sortez les bonbons !


 

4 ème famille : Voici Les "Sans Sucre"

Signe distinctif imparrable, les membres de cette famille mâchent des chewing-gum sans sucre. Ce sont des personnes qui se situent plutôt dans la tranche d'âge 35-49 ans. On y trouve beaucoup de cadre et beaucoup d'artisans. Malheureusement pour eux, c'est le sentiment de culpabilité qui les marquent quand ils mangent une sucrerie, D'après l'analyse du spycologue ces hommes et ces femmes associent bonbons et régression et dépendance...La sucrerie est donc mangée du bout des lèvres. Alors ils se rabattent sur le sans sucre, catégorie de friandises, dominées par les chewing gum. Leur crédo: Faire attention à leur alimentation et mention spéciale pour le sans sucre.



5 ème famille : Voici Les "Généreux"

 2/3 de femmes et 2/3 de + de 65 ans, 2/3 d'inactifs et 2/3 de foyer sans enfant. Et la vie est belle, alors on achète des bonbons, beaucoup de bons bonbons! Et on offre des bonbons, on offre beaucoup de bonbons. Mais les généreux mangent peu de bonbons, Ils font attention à leur ligne et considérent que le bonbon est volupté. Mais cette volupté n'étant plus de leur âge, le bonbon est acheté dans le but d'être offert. Ces généreux, enfin ces généreuses planifient les achats: anniversaire, fêtes, Saint Nicolas et pensent, avec Blaise Pascal que "Le plaisir des grands est de pouvoir faire des heureux"....



6 ème famille : Voici Les "Indifférents"

Ces indifférents sont des hommes, agés en général de plus de 65 ans, souvent ruraux qui considèrent que les bonbons et autres confiseries ne concernent pas les gents sérieux! Cependant,ces "durs à cuire" avouent pour 49% d'entre eux, que les friandises leur permettent des moments de complicité avec leurs amis, les membres de la famille. Sans doute, ont-ils la chance de vivre avec une généreuse...
 

7 ème famille : Voici Les "Réticents"

Sans enfant, sans famille, peut-être aussi sans ami, ces personnes, essentiellement des hommes âgés de 50 à 65 ans soignent leur ligne et leurs émotions en refusant de consommer du sucre et en évitant de fréquenter d'autre personne....Bouh, ils me font peur !


Ces 7 familles consomment en France plus d'1 milliard d'euro de confiseries sucrées ce qui correspond à un peu moins de  230 000 tonnes de bonbons. Ces 250 000 tonnes de bonbons rapportées à la population totale donnent bien 3.6 kg de bonbons par français par an ou 8/9 grammes par jour.




"Puisqu'il n'est de plaisir que partagé, faîtes-vous plaisir, et faîtes plaisir !"